Donate

Prix FMMF

La Fondation Fergusson accepte désormais les nominations pour le Prix MMFF 2024.

Merci à tous ceux qui ont soumis des candidatures.

Les demandes dûment remplies doivent être soumises à la directrice générale de la Fondation Fergusson, Rebecca Francis francisr@unb.ca, avant le 29 février 2024.

Formulaire de dévoilement du prix de la FMMF

A propos de

Le Prix de la Fondation Muriel McQueen Fergusson a été créé en 1992 afin de reconnaître les contributions exceptionnelles en matière de prévention et d’élimination de la violence familiale au Canada.

Le Prix est décerné à une personne, un organisme, une entreprise, une société ou un milieu de travail qui a fait un grand pas vers la prévention et l’élimination de la violence familiale. Le prix est décerné tous les ans au cours d’un événement public spécial de la Fondation visant à commémorer l’anniversaire de naissance de la marraine de la Fondation, Muriel McQueen Fergusson.

___________________________________________________________________________

Critères

Tout individu ou organisme canadien dont les réalisations ont fait avancer la prévention et l’élimination de la violence familiale sont admissibles aux nominations. Toutes les nominations doivent avoir le même format que le formulaire de nomination ci-haut et être appuyées par deux lettres de recommandation.


Processus de sélection

Le lauréat du prix est choisi par un comité de représentants du conseil d’administration de la Fondation selon les renseignements présentés par le proposant. La Fondation Fergusson se réserve le droit de vérifier l’exactitude des renseignements que contient la demande. Les candidats qui n’ont pas été sélectionnés la première année sont retenus et admissibles au prix pour les deux années subséquentes.


Au sujet du prixPewterAward

Le prix par lui-même a été conçu et fabriqué par Carole Cronkite de Fredericton au Nouveau-Brunswick, première femme artisane de l’étain au Canada.

Le prix est fait entièrement à la main avec des outils élémentaires. Des feuilles d’étain de diverses épaisseurs sont superposées afin de créer un effet tridimensionnel. Le logo en quatre dimensions est sculpté avec une délicate scie de bijoutier, limé, soudé, gravé et brossé pour devenir le prix tel qu’on le connaît.

Le design du prix a pour but de représenter les multiples facettes de la violence.

De plus, la Fondation fera un don de 1 000 $ à un organisme de charité enregistré, choisi par le lauréat du prix, dont les objectifs font avancer les buts de la Fondation.


L’honorable Jocelyne Roy Vienneau, O.N.B., accueille la Fondation Fergusson et les invités à la Cérémonie de remise de prix de la FMMF 2016 à la Résidence du Gouvernement

Lieutenant-gouverneur du Nouveau-Brunswick et Prix de la Fondation Muriel McQueen Fergusson

Membre fondatrice de la Fondation Fergusson et ex-lieutenante-gouverneure, Margaret Norrie McCain a contribué à donner le ton à la participation du bureau de la lieutenante-gouverneure à soutenir sa quête dans l’élimination de la violence familiale. Pendant plusieurs années, le Bureau du lieutenant-gouverneur a gracieusement permis à la Fondation de tenir la cérémonie de présentation du prix à la Résidence du Gouvernement. D’autres lieutenants-gouverneurs dont Marilyn Trenholme Counsell, Herménégilde Chiasson, Graydon Nicholas et Jocelyne Roy-Vienneau ont continué dans la même veine. En 2020 l’honorable Brenda L. Murphy participe activement aux travaux de la Fondation en acceptant le rôle de marraine honoraire du Prix de la Fondation Muriel McQueen Fergusson.

La Résidence du Gouvernement est la résidence officielle du lieutenant-gouverneur, laquelle est aussi ouverte au public; elle reçoit annuellement des milliers de visiteurs. Le prix est dorénavant exposé à la Résidence du Gouvernement permettant ainsi à des visiteurs du pays, à des dignitaires, à des monarques, à des chefs d’État, à d’innombrables visites organisées d’écoliers et de plusieurs autres de voir ces exemples de valeureux Canadiens, organisations et entreprises qui ont soutenu l’élimination de la violence familiale.

Anciens lauréats

  • 1993 June Callwood
  • 1994 Le Dr Peter Jaffee
  • 1995 Margaret Norrie McCain
  • 1996 Sœur Cécile Renault (hommage posthume)
  • 1997 Le Dr Donald G. Dutton
  • 1998 « Making Waves »
  • 1999 The Body Shop Canada
  • 2000 Fredericton Sexual Assault Crisis Centre
  • 2001 La Dre Sandra Byers
  • 2002 Rina Arseneault
  • 2003 Red Cross RespectED
  • 2004 Les sénatrices Sharon Carstairs et Margaret Newall
  • 2005 Margaret-Ann Blaney
  • 2006 Penny K. Ericson
  • 2007 Madeleine Delaney-LeBlanc
  • 2008 Bernard Richard
  • 2009 Rona Brown
  • 2010 Native Women’s Association of Canada
  • 2011 White Ribbon Campaign
  • 2012 Ghosts of Violence
  • 2013 La Dre Nancy Nason-Clark
  • 2014 Sigrid Rolfe et le Dr Philip Smith
  • 2015 Family Enrichment and Counselling Service
  • 2016 Julie Devon Dodd
  • 2017 C. Anne Crocker, C.M.
  • 2018 Maryse Rinfert-Raynor
  • 2019 Dr. Judith Wuest
  • 2021 La Dre Linda C. Neilson
  • 2022 La Dre Deborah Doherty
  • 2023 Debrah Westerburg

_______________________________________________________________________

La Fondation Fergusson a l’honneur de reconnaître la Debrah Westerburg en tant que 30e lauréate du prix de la Fondation Muriel McQueen Fergusson.

Le 16 novembre 2023 (Fredericton, N.-B.)  – La Fondation Fergusson a remis le 30e Prix de la FMMF à Debrah Westerburg lors d’une cérémonie qui s’est tenue à la Résidence du gouverneur.

Ce prix a été créé en 1992 pour souligner les contributions exceptionnelles en matière de prévention et d’élimination de la violence familiale au Canada. Il est remis chaque année à une personne, un groupe ou un organisme qui a beaucoup contribué à l’avancement de cette cause.

La Fondation est heureuse d’avoir pu saluer le leadership et le dévouement exemplaires dont a fait preuve Debrah Westerburg envers la prévention et l’élimination de la violence familiale.

« Debrah a dédié sa vie à renforcer le pouvoir des femmes et son travail pour éliminer la violence familiale est une véritable source d’inspiration. Qu’il s’agisse de son rôle déterminant dans la création de Sanctuary House ou de sa quête incessante de solutions accessibles pour lutter contre la violence entre partenaires intimes, nous sommes honorés de rendre hommage à Debrah alors qu’elle continue de faire une différence majeure dans les vies de nombreuses survivantes, a déclaré Danika Carleton, présidente du comité des subventions et des prix de la Fondation Fergusson. »

Sonja Perley, présidente de la Fondation Fergusson, a ajouté : « La lauréate de cette année a apporté d’incroyables contributions au secteur de la lutte contre la violence familiale et entre partenaires intimes au Nouveau-Brunswick. Le dévouement, le leadership et le travail acharné de Debrah Westerburg ont joué un rôle primordial dans le développement d’innombrables programmes, ressources et services pour les survivantes de la violence familiale et entre partenaires intimes au Nouveau-Brunswick. Les nombreuses ressources qu’elle a aidées à développer continuent d’aider les survivantes ainsi que celles et ceux travaillant dans la prévention de la violence et dans le secteur de l’intervention. Debrah est une source d’inspiration pour nous tous et je suis heureuse de la voir recevoir le prix cette année. »

Au moment d’accepter le prix, Mme Westerburg a déclaré : « Je vous remercie pour cet honneur que je tiens à partager avec d’autres membres du mouvement. Je tiens à saluer les courageuses femmes qui doivent faire face à la violence au quotidien dans leur vie et qui tendent la main lorsqu’elles sont les plus vulnérables. De même, je tiens à saluer les travailleurs et les travailleuses de première ligne des maisons de transition et des établissements de deuxième étape qui, malgré le peu de ressources à leur disposition, mènent à bien un travail complexe et intime jour après jour afin d’apporter leur aide aux femmes et aux enfants faisant face à l’inconnu alors qu’ils s’efforcent de reconstruire leur vie.

En hommage aux contributions de Mme Westerburg, la Fondation Fergusson fera un don à la Sanctuary House de Woodstock. Pour en apprendre plus, consultez https://www.sanctuaryhouse.ca/

Biographie

En 1990, après avoir passé sa vie à explorer différents aspects de la communauté des femmes, Debrah a participé à la création de la Sanctuary House, une maison de transition dans la petite ville de Woodstock. Elle en a été la directrice jusqu’en 2012. Au cours de cette période, Debrah s’est dévouée à trouver de nouvelles façons de parler de la question complexe que sont la violence familiale, la violence entre partenaires intimes et la violence fondée sur le sexe; notamment en utilisant un langage et des exemples que tout le monde peut comprendre. Son travail a permis d’illustrer le défi que représente la lutte contre la violence au sein d’une relation intime et d’aider les autres à mieux comprendre comment aider un ami, un collègue ou un membre de la famille.

En 1997, Debrah s’est associée à Deborah Doherty, directrice générale du SPEIJ-NB, pour cocréer la brochure Violence Conjugale: Ce que les victimes veulent et recherchent de la police et mener une série d’ateliers dans toute la province où réunir la police, la GRC et les travailleurs de première ligne des maisons de transition et des établissements de deuxième étape.

Dans les années qui ont suivi, Debrah a fait des centaines de présentations à divers groupes de femmes du Nouveau-Brunswick rural sur les dynamiques de la violence au sein d’une relation, a enseigné les protocoles à respecter en cas de violence et a donné des conférences sur une multitude de questions traitant de l’abus et de la violence au sein d’une relation intime.

L’œuvre dont Debrah est la plus fière est d’avoir créé des occasions de prévention de la violence dans les fréquentations pour les adolescents locaux. Elle a notamment travaillé auprès des équipes de Katimavik à Woodstock pendant plusieurs années qui l’ont aidée à diffuser des messages positifs sur la prévention de la violence dans les fréquentations et sur les relations amoureuses saines grâce notamment au théâtre et à des sketchs.

Le travail de Debrah avec Katimavik l’a amenée à collaborer à la création du projet Making Waves. Organisé par des jeunes pour des jeunes, Making Waves cherche à promouvoir les relations amoureuses saines tout en aidant les participants à développer leurs compétences de leader.  En plus d’offrir ce programme aux adolescents, l’équipe de Making Wakes a fait des présentations à l’occasion de conférences internationales et a développé le manuel pour étudiant Making Waves – Making a Difference sur la violence dans les relations amoureuses ainsi qu’un guide de ressources pour les enseignants et les conseillers d’orientation sur la violence dans les fréquentations chez les adolescents.

Debrah a été à la tête de la production de Building on our Strengths, un manuel de formation (et d’accompagnement) de 500 pages pour les intervenants de crise et utilisé partout dans la province et dans toutes les maisons de transition. Elle a également écrit plusieurs autres ressources, dont une pour le ministère de l’Éducation, intitulée Making a Difference – A Resource for Educators qui traite des enfants victimes de violence familiale et de relation de maltraitance.

Après avoir « pris sa retraite » de la Sanctuary House, Debrah est devenue la coordinatrice de la New Brunswick South Central Transition House & Second Stage Coalition, a siégé au conseil consultatif d’Hébergement femmes Canada pendant plusieurs années. Elle a également fait partie du Expert Working Group on Recognizing Critical Expertise in Gender Based Violence, dont le travail était d’identifier un ensemble national de capacités de base conçues pour aider les organismes de soutien contre la violence fondée sur le sexe à continuer de concevoir et de mettre en œuvre des formations durables et pertinentes destinées à renforcer les réponses communautaires collaboratives.

Debrah estime être extrêmement chanceuse de pouvoir continuer à apprendre, à soutenir et à échanger avec les femmes passionnées et dévouées qui travaillent dans ce secteur. Elle s’estime également chanceuse d’être inspirée par les femmes qu’elle a pu rencontrer grâce à son travail au refuge – en particulier par leur honnêteté, leur résilience et leur courage.

Ce travail, les expériences qu’elle a vécues et les relations qu’elle a nouées avec des centaines de femmes tout au long de sa vie l’ont menée à se sentir profondément reconnaissante pour tout ce qu’elle a appris et à éprouver une reconnaissance extraordinaire pour avoir eu la possibilité de prendre part à ce travail – une carrière de toute une vie.